Publications

Avis de nomination de Mme Linda Cloutier

Par : | Mots clés: | Commentaires: 0 | octobre 19th, 2020

UN MOT DU CIQ

Lors d’une remise de prix en mode virtuel, en septembre dernier, l’audioprothésiste Linda Cloutier a reçu le Mérite du CIQ de l’Ordre des audioprothésistes du Québec (OAQ). « Je ne m’attendais pas à ça du tout. […] J’étais surprise et bien heureuse de cette reconnaissance ». Tels ont été les mots prononcés par Mme Cloutier quand elle a appris la bonne nouvelle.

Choisir l’audioprothèse, à l’intersection de ses intérêts
Voulant à tout prix mêler la santé et l’entreprenariat, Mme Cloutier entame des études en 1987 en technique d’audioprothèse au Collège Rosemont après avoir complété une majeure en arts et sciences à l’Université de Montréal. Elle était loin de se douter qu’elle allait tomber en amour avec le métier d’audioprothésiste, un domaine encore peu connu à l’époque.

Membre en règle de l’OAQ depuis 1990, Mme Cloutier n’a pas tardé à entrer dans le monde des affaires. Elle a participé à de nombreux lancements d’équipements en anglais en Ontario, une province avancée dans le domaine. Ces événements l’amènent à développer une spécialité et à donner des formations sur le fonctionnement de ces équipements aux professionnels québécois.

L’enseignement, une passion qui ne meurt jamais
Son expertise pointue dans les équipements de haute technologie lui a valu un poste d’enseignante en 1999 au Collège de Rosemont, le seul établissement québécois qui offrait la formation d’audioprothésiste à l’époque. Au fil des ans, Mme Cloutier s’est taillé une place de choix au sein du corps professoral. Elle est d’ailleurs devenue, en 2014, coordonnatrice du département d’audioprothèse. Même après plus de 20 ans d’expérience, sa soif d’apprendre demeure intacte : « même si les cours enseignés reviennent chaque année, la technologie nous donne l’opportunité de se renouveler constamment. Le contenu des cours peut toujours être enrichi ».

Viser toujours plus haut
Entre temps, l’audioprothésiste veut pousser son implication plus loin et s’investit dans son ordre professionnel. Consciente que son bagage académique lui procure un portrait d’ensemble enviable, elle s’est jointe au comité de la formation en 2011. Elle est ainsi en mesure d’évaluer si les compétences et la formation donnée à la relève audioprothésiste conviennent aux besoins du marché et aux meilleures pratiques. Mme Cloutier devient également membre du comité d’équivalence de diplôme et de la formation de l’OAQ. Finalement, Mme Cloutier a donné de son temps au comité de discipline de l’Ordre. Elle a agi en tant que témoin expert dans plusieurs dossiers disciplinaires.

En bref, l’aspect dont elle est le plus fière est d’avoir gardé la flamme bien vivante, après toutes ces années de dur travail. Il est facile de tomber dans la routine et d’y trouver son aise. Pour Mme Cloutier, toutefois, il était important de se mettre elle-même au défi, faisant allusion à son saut en affaires il y a une trentaine d’années. En regardant en arrière, elle en sort un sentiment accompli.